18/09/2015

L'infinie comédie de David Foster Wallace




Le lieu : l'Amérique du Nord (les U.S.A., le Canada et le Mexique ont fusionné pour former une fédération.). L'époque : le futur proche. La Société du spectacle a gagné, et la population hébétée par la télévision, les loisirs et la consommation à outrance ne songe plus qu'à se distraire. Le décor : une académie de tennis et un centre de désintoxication. Les personnages principaux : la famille Incandenza, qui rappelle la fameuse famille Glass des romans de Salinger, avec ses parents excentriques et ses enfants, géniaux - dont Hal, adolescent tennisman surdoué. Mais aussi un groupe de séparatistes québécois, "Les Assassins en Fauteuil Roulant", entrés en résistance. Ils convoitent une arme redoutable : une vidéo clandestine créée par le père Incandenza, L'infinie comédie, qui suscite chez ceux qui la regardent une addiction mortelle... Consacré livre-culte dès sa parution aux Etats-Unis en 1996, ce roman a passionné des millions de lecteurs dans le monde entier. En 1 500 pages éblouissantes, Wallace nous transporte dans un univers tout à tour farfelu, ironique et sombre, jouant avec les références pop et émaillé de personnages extraordinaires. Avec ce livre, David Foster Wallace renouvelle l'art du roman comme avant lui Joyce ou Pynchon. Pourtant, il ne s'agit pas d'un texte "expérimental", mais bien d'une histoire aux multiples rebondissements. Son oeuvre est actuellement l'une des oeuvres contemporaines les plus commentées aux Etats-Unis, et constitue une référence pour toute une génération d'écrivains (Jonathan Franzen, Zadie Smith, Jeffrey Eugenides, Rick Moody, George Saunders). Classé parmi les 100 meilleurs romans du XXe siècle et enfin publié en France, L'infinie comédie sera sans conteste un événement majeur de cette fin d'année.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de votre commentaire